Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Autour de l’appellation “Mitidja” …

par Atlas Blida 10 Octobre 2016, 12:14 Histoire de l’Atlas blidéen-Mitidja Toponymes de l’Atlas mitidjien Confédérations de l’Atlas blidéen-de la Mitidja...

    Extrait de : “Généralité sur le Petit Atlas” par E.S., lien : http://atlas.blida.over-blog.com/generalites.petit.atlas

 

LA PLAINE DE ṮAMEȚȚIŠṮ ET DU TIṬRI

 

L[1] écrit : « […] La Mitidja ; ancien golfe, puis lac séparé de la Méditerranée par la formation du Sahel d’Alger, n’a dû être comblé que lentement par les alluvions des rivières débouchant de l’Atlas […]. »GSELL Stéphanea plaine de la Mitidja est intimement liée au Petit Atlas puisqu’elle en épouse les premiers contreforts septentrionaux. Elle est orientée parallèlement au relief côtier algérien de l’E.-N.-E. vers l’O.-S.-O.. Elle s’étend sur environ 100 km de long et de 5 à 20 km de large.

La plaine de la Mitidja est appelée localement : “Ṯamețțišṯ”, “Ṯamettišt”[2], “Hamettišṯ”, “Hamettijṯ”[3], “Mețišt”[4],[5], “Mettijeṯ”[6], “Mettiǧa” “Lemtiǧa”[7]. On la surnome “l’ennemie de la faim”[8] ou .[9]“la mère du pauvre”

Bien que le sens du nom de cette plaine demeure obscur, plusieurs hypothèses, parfois fantaisistes, ont été émises sur son étymologie. Certains avancent que :

“Mettijet” auraient une origine commune mais le “t” est occlusif dans l’un et emphatique dans l’autre ou que “Mettijet” serait composé ; le “m” initial serait la contraction de “am” qui signifie “comme, tel que” dans le dialecte local, [10] (soleil)“iṭṭij” et

“Mettiǧa” viendrait de l’arabe “Umm Ttiǧan”, c’est-à-dire : “la mère des couronnes/des diadèmes”. Selon d’autres, il faudrait prononcer “Mettuǧa”, qui signifie “la couronnée”[11],

“Salonina Matidia”,[12] serait un dérivé de “Matidia”“Mettiǧa”. Ainsi, “Rusubriccari Matide”, “Paccianis Matidiæ” nièce de l’empereur romain Trajan possédait plusieurs domaines le long du littoral algérien comme le prouve les anciens toponymes

l’hypothèse la plus sérieuse est que Ṯamețțišṯ” désigne un clan de tribu amazigh[13]. En effet, une localité atlassienne située sur les premiers contreforts atlassiens, entre Tabaynet[14] et Sidi Serḥan[15] chez les Ayṯ Miṣra, porte le nom de “Mettiǧa”[16]. Par ailleurs, dans le Warsnis[17],[18] une des fractions de la tribu des “Huwwara”[19] de la confédération des Aṯ Yindel[20] porte le nom de “Mettiǧa” et dans la plaine de Ṯamețțišṯ, au S. de Sidi Musa, “Huwwara” est le nom d’une localité. Il est probable que des éléments de cette tribu se soit disséminés de-ci de-là et que se soit son nom qui a été généralisé à toute la plaine. BASSET René[22] écrit : « […] Le nom de Mitidja est berbère ; il paraît n’avoir aucune relation avec le nom de Matidia, nièce de Trajan […]. »GSELL Stéphane. [21] écrit : “Ce nom Métidja, porté par une fraction qui habite une plaine fermée par des montagnes, montre l’inexactitude de l’étymologie latine (Mattidia) proposée pour expliquer le nom de la grande plaine de la Métidja, aux environs d’Alger, étymologie qui est encore reproduite aujourd’hui. […]”

On appelle les habitants de la plaine de Ṯamețțišṯ, les “Mtatiǧ”, c’est-à-dire les “Mitidjiens”[23]. Par ailleurs, “Lemtiǧi” est un patronyme récurent dans la région atlassienne, peut-être les descendants de cet ancien clan.

La plaine du “Tiṭri” est un toponyme amazigh composé et contracté, peut-être en : “Tiṭ” (œil, source d’eau) et “Itri” (étoile).

 

 
 
 

[1] GSELL Stéphane, “Atlas archéologique de l’Algérie”, p. 8, n°43, f. n°5, Alger, Paris, 1911.

[2] Formes attestées dans le Petit Atlas chez les Ayṯ Miṣra.

[3] Formes attestées dans le ṯašelḥiṯ de la Ḍahra orientale.

[4] On prononce : “Metsicht” | مْڅِشْتْ ، مْتْسِيشْتْ | ⵎⴻⵜⵙⵉⵛⵜ” en ṯašelḥiṯ du Petit Atlas.

[5]

, p. 46, Paris, 1914.“Étude sur le dialecte berbère du Chenoua comparé avec ceux des Beni-Menacer et des Beni-Salah”• LAOUST Émile,

BOLTON X, “Africa, Performed by the Sr. Danville under the Patronage of the Duke of Orleans Revised and Improved by Mr. Bolton”, London, 1766.

[6] idem

[7] Forme attestée chez les arabophones.

[8]

, p. 23, éd. Alpha, Alger, 2010.“La Mitidja vingt ans après …”• IMACHE Amar, HARTANI Tarik, BOUARFA Sami, KUPER Marcel,

, p. 444, Alger, 1887.“Bou-Farik”• TRUMELET Corneille,

[9] idem

[10] Le soleil se dit “ṯafuṯ” ou “ṯafuḵṯ” dans le ṯašelḥiṯ du Petit Atlas, la forme “iṭṭij” est aussi attesté dans sa partie extrême-orientale.

[11], p. 440, Alger, 1887.“Bou-Farik” TRUMELET Corneille,

[12], vol. 22, n°1, p. 262, C.N.R.S. éditions, Aix-en-Provence, 1986.“Antiquités africaines”, in Un témoignage d’al-Bakrī et le problème de la ratio privata sévérienne en Tripolitaine” TADEUSZ Lewicki, TADEUSZ Kotula, “

[13] i.e., berbère.

[14] Tabaïnet, daïra de Bouinan, w. de Blida.

[15] Sidi Serh’ane, daïra de Bouinan, w. de Blida.

[16] DUFOUR Auguste-Henri, “Carte topographique du massif d’Alger ou Sahhel & de la plaine de la Métidja …”, Paris, 1844.

[17] i.e., Ouarsenis.

[18] CHAKER Salem, Ouarsenis”, in Encyclopédie berbère”, vol. 36, p. 5946, Edisud, Aix-en-Provence, 2013.

[19] i.e., El Hoouara.

[20] i.e., Béni Hindel, transcription faussée, il n’y a pas de “h”, aujourd’hui, la localité se nomme : “Bordj Bou Naama”, w. de Tissemsilt.

[21]

, p. 1 à 2, Paris, 1895.“Étude sur la zénatia de l’Ouarsenis et du Maghreb central”• BASSET René :

, éd. S.N.E.D., Alger, 1973.“Metidja, un village algérien de l’Ouarsenis”• LIZOT Jacques,

[22] GSELL Stéphane, “Atlas archéologique de l’Algérie”, p. 8, n°43, f. n°5, Alger, Paris, 1911

[23], p. 56, 440, Alger, 1887.“Bou-Farik” TRUMELET Corneille,


 
 
 

  

  

“Vue et plan de la ville d’Alger. Carte de la province”, 1830, Alger

“Vue et plan de la ville d’Alger. Carte de la province”, 1830, Alger

“Croquis du Territoire d’Alger …”, Paris, 1831

“Croquis du Territoire d’Alger …”, Paris, 1831

“Carte de la route d’Alger à Aumale …”, 1851

“Carte de la route d’Alger à Aumale …”, 1851

DUFOUR Auguste-Henri, “Carte topographique du massif d’Alger ou Sahhel & de la plaine de la Métidja …”, 1844, Paris

DUFOUR Auguste-Henri, “Carte topographique du massif d’Alger ou Sahhel & de la plaine de la Métidja …”, 1844, Paris

commentaires

DELLECI 26/01/2016 19:02

azul,semhiyi, mais les beni djaad et les beni khelil sont des sanhadja et non des zenata selon ibn khaldoun

Haut de page