Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …

par Atlas Blida 8 Mai 2015, 15:00 ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⴰⴱⵍⵉⴷⵉ | Tamazight de l’Atlas blidéen...

Je vous présente sept extraits de cartes réalisées par BASSET André (1895-1956), “Atlas linguistique des parlers berbères”, 1939, Alger.

Il y est question de la partie centrale et un peu occidental de l’Atlas blidéen. Comme vous le verrez sur tous les extraits, le découpage en plusieurs gros douars de cette partie atlassienne, est celui qui était en vigueur en 1887 comme cela est indiqué dans : “Carte des circonscriptions administratives et judiciaires de l’Algérie”, Alger, 1887 :

De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …

BASSET André, quant à lui, a rassemblé ces gros douars en quatre « zones linguistiques » (v. plus bas). Ainsi, d’Est en Ouest,

- la première zone (points jaunes) englobe les douars [1] de « Sidi-El-Fodhil », « Sidi-El-Kébir » et celui de « Ghellaïe »,

- la seconde zone (point bleu) se compose du douar de « Zaatit »,

- la troisième zone (point vert) concerne le douar de « Beni-Miscera »,

- la quatrième zone (point rouge) comprend le douar de « Hamam-Melouan ».

En réalité, il s’agit de trois principaux territoires de confédérations : Aït Saleh au Nord-Ouest, Aït Messaoud au Sud-Ouest et Aït Missera à l’Est.

L’auteur, a réalisé un travail qui illustre l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen [2], [3] en donnant pour exemple les variantes internes qui désignent : le « cheval », la « jument », le « poulain » et la « pouliche » selon les douars compris dans lesdites zones. Je vous laisse faire défiler les extraits de cartes suivants :

De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …
De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …
De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …
De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …De l’hétérogénéité du tachelhit de l’Atlas blidéen …

E.S.

 

__________

[1] : Par « douar », il faut comprendre ici, plusieurs localités rattachées à un gros douar principal.

[2] : LAOUST Émile (1876-1952) était déjà conscient de cette hétérogénéité, il disait du parler atlassien dans son : “Étude sur le dialecte berbère du Chenoua comparé avec ceux des Beni-Menacer et des Beni-Salah”, 1914, Paris, préface : « […] On aura un groupe nouveau de dialectes qu’on pourra désigner sous le nom générique “de dialectes de l’Atlas de la Métidja”. […] ».

[3] : En effet, le parler atlassien est extrêmement riche en variantes internes tant sur le plant de la prononciation que du lexique. A titre d’exemple, selon les vallées atlassiennes, pour « homme », on dira : argaz, arḡaz, aryaz, arɣaz (arghaz). Autre exemple, le verbe « donner », certaines localités diront : « ouch » alors que d’autres diront : « eḵf » et non pas « efḵ » comme en taqbaylit. Je rappelle que l’Atlas blidéen est toute cette zone montagneuse située entre la plaine de Metsicht (Mitidja) au Nord et celle du Titteri au Sud et entre Ighzer Wadjer (Oued Djer) à l’Ouest et Ighzer Isser (Oued Isser) à l’Est. L’Atlas blidéen est donc implanté entre deux grandes aires berbérophones : le tachelhit (i.e., tamnas’rit et tachinwint) à l’Ouest et taqbaylit (i.e., takhalfounit) à l’Est. C’est cette position géographique qui explique la richesse lexicale du parler atlassien. Historiquement, l’Atlas blidéen a toujours formé une sorte de continuum ou passerelle linguistique sans interruption entre la Dahra et la Kabylie.

commentaires

Haut de page