Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’olivier dans la région atlassienne … 1.2

par Atlas Blida 12 Décembre 2016, 20:49 Toponymes de l’Atlas mitidjien Produits du terroir... Environnement Cuisine de l’Atlas blidéen-de la Mitidja... Faune et Flore du Petit Atlas

L’olivier dans la région atlassienne … 1.2L’olivier dans la région atlassienne … 1.2
L’olivier dans la région atlassienne … 1.2L’olivier dans la région atlassienne … 1.2
L’olivier dans la région atlassienne … 1.2L’olivier dans la région atlassienne … 1.2
L’olivier dans la région atlassienne … 1.2L’olivier dans la région atlassienne … 1.2

→ L’olivier dans la région atlassienne … PARTIE 1/2

 

L’olivier, cet arbre emblématique du Bassin méditerranéen est, dans de nombreuses cultures le symbole de la vie, la longévité, la force, … Sa capacité à vivre de très nombreux siècles, son feuillage persistant, son bois dur et son fruit aux multiples utilités font de lui un arbre béni.

Dans la culture atlassienne, l’olivier signifie l’attachement à la terre ancestrale. Les Atlassiens disent : “A nroh’ gh thmourth-nna a neqqim d ouzemmourth-nna” pour rappeler le lien profond à la terre ancestrale comme les oliveraies atlassiennes séculaires et bien enracinées. Par ailleurs, posséder des oliviers, des caroubiers, des jujubiers et des figuiers était considéré, il y a quelques décennies, comme un signe de richesse. Les familles qui en disposaient étaient assurées de ne pas être atteint par la famine. En effet, les fruits de ces arbres se conservent bien et se vendent tout au long de l’année.

Dans le dialecte atlassien on appelle l’olivier d’une manière générale “thazemmourth”, “thah’echchats”, “thazitounts” ou “thazebboudjth” (1). On dit également “azemmour ah’ourri” pour faire référence à l’olivier cultivé (greffé) et “azemmour aberhouch”, “ah’echchad’” ou “azibour” pour l’olivier sauvage (oléastre). Quant à l’oliveraie, on la nomme : “azemmour”, “aɛerqouv” ou “thigerth izemmour”. D’autres dénominations sont attestées en rapport avec les variétés d’oliviers : “mellisi”, “tlemsani”, …

L’olive “tazebboudjt”, “thazemmourth”, “thazitounts” se compose d’une peau “thichlemth ouzemmour”, de la pulpe “thakhachloumts” et d’un noyau “ighes”. On distingue les olives de table avec beaucoup de chair et un petit noyau “adjerraz”, “azemmour n tsouttchits” ou “azemmour ouweghrom” de celles ayant peu de chair et un gros noyau “azemmour yighes”, “bou yighes”. Les olives fraîches sont écrasées à peine ou scarifiées “achelleh’” puis plongées dans de l’eau de source salée et aromatisée aux herbes locales “aɛawem” ; cette technique permet de les consommer et les conserver toute l’année. Également, on a recourt à leur déshydratation et leur fermentation “aslakhs” en les recouvrant de couches de sel “aradem”, “anardamou” dans un contenant ou un sac en toile “thachkarth” ; en quelques jours les olives sont désamérisées et prêtes à être consomées. Lorsqu’elles sont fraîches, elles sont réduites en pâte et mélangée au pain “aghrom n tkhachloumts”. On procède à leur trituration pour en extraire un précieux liquide : l’huile d’olive “azzith ouzemmour”. Enfin, on utilise les grignons encore humides “amegrouch”, “thakhechwalts”, “chelma” (2) pour nourrir le bétail et les grignons séchés en tant que combustible.

Il n’y a pas une tribu atlassienne qui ne possède pas un toponyme en rapport avec l’olivier, ainsi, nous retrouvons les localités suivantes :

▪Azemmour, Izemmouren, Izemmourine, Tazemmourt, Tizemmour, Cheɛbet Tizemmour, Ighzer Ouzemmour, Ighzer Izemmouren, Ighil Ouzemmour, {I}Ghir {Ou}Zemmour, Ghar Tzemmour, Targa Ouzemmour, Tizi {Ou}Zemmour : chez les Ayth Djaɛd, Ayth S’aleh’, Wezzra, Ayth Khlifa, Ayth Moussa, Ayth Mis’ra, Ayth Mesɛoud,

▪{A}Ɛerqoub, {I}Ɛerqab, Taɛerqoubt, Thiɛerqouvine, Ɛin Lɛerqoub (Thala Ouɛerqouv) : chez les Ayth Djaɛd, Ayth Moussa,

▪Sidi Bou Zebboudja (Sidi Bou Tzebboudjt), Ɛin Zebboudja (Thala n Tzebboudjt), Wed Zebboudj (Ighzer Ouzebboudj), Dhreɛ Zebboudj (Ighil Ouzebboudj), Zebboudj Lekhd’ar, Zebboudj Ssebt : chez les Ayth Moussa, Ayth S’aleh’, Ayth Mis’ra, Isoumathen, …

---

1. Dans d’autres dialectes, il désigne uniquement l’olivier sauvage.

2. Forme arabisée de “thichlemth”, elle désigne, en réalité, la peau de l’olive.

---

Lien article : http://atlas.blida.over-blog.com/l-olivier-dans-la-region-atlassienne-1.2

---

#AtlasBlidéen #PetitAtlas #TachelhitAtlasBlidéen #Tamazight #PatrimoinePetitAtlas #Mitidja #Blida #Médéa #Boumerdès #Bouira #AïnDefla #Tipaza #Alger

commentaires

Haut de page