Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dénomination du cheval dans le parler atlassien …

par Atlas Blida 26 Octobre 2016, 13:00 ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⴰⴱⵍⵉⴷⵉ | Tamazight de l’Atlas blidéen...

خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.
خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.
خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.

خيول (إِكِيذَارْنْ بـ تامازيغت أهل الأطلس) تعيش حرة في حالة شبه وحشية على مرتفعات الأطلس الصغير . Des chevaux (“iḵiḏaṛen” ⵉⴿⵉⴸⴰⵕⵏ en tamazight des gens de l’Atlas) « semi-sauvages » qui vivent en toute liberté sur les hauteurs du Petit Atlas. Merci à Amy Misrid pour ces photos.

Aḵiḏaṛ (iḵiḏaṛen) : cheval.
Bien que le kabyle de la Kabylie soit l’un des plus importants dialectes amazighs avec un nombre importants de locuteurs, il n’a néanmoins pas gardé un nom amazigh pour “cheval”. En Kabylie, on l’appelle “aɛudiw” (prononcé “aɛewdiw” dans certaines régions), mot qui vient de l’arabe dialectal algérien, “ɛud”. Ce dernier a-t-il une relation avec le verbe arabe classique “ɛadaa” (courir) ? Ceci reste à confirmer.
Cependant, le dialecte de l’Atlas blidéen, l’un des plus proches parents du kabyle (de Kabylie) a gardé le mot “akidaṛ” (pluriel : ikidaṛen). Bien sûr, “akidaṛ” n’est pas le mot amazigh commun (donc, probablement ancien) pour désigner “cheval”, puisque “ayis” est attesté en chaoui, dans le Dahra [Tipaza, Ain Defla, Chlef], à Amoucha [Sétif], dans les dialectes marocains et même en touareg. Cependant, “akidaṛ” est quand même un mot intéressant.
Dans l’Atlas blidéen, “akidaṛ” désigne, comme nous l’avons déjà souligné, le cheval, mais dans les dialectes du Maroc central, ce même mot désigne le “bardot”, c’est-à-dire “un mulet dont le père est un cheval et la mère est une ânesse” (animal appelé également “acniḍ” au Maroc central).
“Akidaṛ” pourrait, donc, avoir été un glissement de sens. Le mot désignait, à l’origine un “bardot”, puis, dans la région de l’Atlas blidéen, il a fini par acquérir le sens de “cheval”. Puisqu’il y a, parfois, de fortes ressemblances entre le cheval, le mulet et le bardot, les gens ont tendance à les désigner par des noms communs. C’est ce qui explique, par exemple, que certains gens, en Kabylie, utilisent parfois “aserdun” (nom qui signifie “mulet”) même pour désigner un “cheval”. C’est pour cela que nous pensons qu’il est vraisemblable qu’il y a quelques siècles, les amazighophones de l’Atlas blidéen aient donné le sens de “cheval” pour un mot qui désignait, à l’origine, une sorte de mulet.
Comme en Kabylie, le “mulet” est appelé “aserdun” dans l’Atlas blidéen.
Auteur : Omar Mouffok (www.imedyazen.com)
---
Remarques :
Nous signalons qu’il existe un autre pluriel pour “aḵiḏaṛ” qui est : “iḵuḏaṛen”, ⵉⴿⵓⴸⴰⵔⴻⵏ. On relève également dans certaines localités d’autres prononciations telles que : “kidar” ou encore “kaydar”. Toujours dans le parler atlassien, le cheval est aussi nommé “aserḏun” comme en kabyle alors que cette dénomination concerne en premier lieu le mulet. Enfin, la toponymie atlassienne fait état d’autres dénominations pour le cheval, à savoir “aserḥan” dans l’hagionyme “Sidi Serḥan” (Aït Misra), “Dewwaṛ Serḥan” (Aït Khlil), ainsi que “agmar” dans l’oronyme “Tizi Wegmar” (Aït Moussa) et “Agni Wegmar” (Aït Amran).
---
Lien article : http://atlas.blida.over-blog.com/la-denomination-du-cheval-dans-le-parler-atlassien
Source photo : Source photo : “magic_med”

---
#AtlasBlidéen #PetitAtlas #TachelhitAtlasBlidéen #Tamazight #PatrimoinePetitAtlas #Mitidja #Blida #Médéa #Boumerdès #Bouira #AïnDefla #Tipaza

 

Source photo : “magic_med”

Source photo : “magic_med”

commentaires

Haut de page