Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le toponyme “Chréa” …

par Atlas Blida 11 Novembre 2016, 12:18 Histoire de l’Atlas blidéen-Mitidja Confédérations de l’Atlas blidéen-de la Mitidja... Toponymes de l’Atlas mitidjien

Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.
Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.
Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.

Les deux 1er photos, la Chréa des Aït Arif (Aït Attia) reliant Aït Hamdoune à Lmerdja. La 2ième photo, la Chréa des Aït Tachfine, La 3ième photo, la Chréa des Aït Mhammed à partir de la N64 reliant les Aït Moussa aux Aït Khlifa. La 4ième photo, une vue aérienne de la Chréa des Aït Saleh sous la neige.

Qui n’a pas entendu parler du toponyme “Chréa” dans le Petit Atlas (“blidéen”) ? Mais que connaissons-nous au juste sur son sens ?

“Chréa” que de nombreuses personnes connaissent est un toponyme chez les Aït Saleh situé à 1492 m. d’altitude qui a été rendu célèbre au cours de la colonisation pour sa station climatique. Il est transcrit officiellement “Chréa” alors que les Atlassiens amazighophones prononcent plutôt “Šriɛeṯ” (Chriɛeth, ⵛⵔⵉⵄⴻⵝ, شريعث).

Le premier sens que les gens ont l’habitude de donner à pour origine un courrier adressé par le maire de Blida au Préfet du Département d’Alger le 30.11.1926. Il y écrit : « […] Il provient (i.e. le toponyme Chréa), au dire des lettrés indigènes de la région (i.e. les Atlassiens), du mot arabe « chràa » (i.e. šraɛ) qui signifie lieu où l’on rend la justice, et cette appellation s’expliquerait par le fait que, avant l’occupation française (i.e. au cours de la Régence d’Alger), les cadis de Blida se déplaçaient périodiquement et venaient à cet endroit pour y rendre la justice aux indigènes des Beni-Salah (i.e. Ayṯ Ṣaleḥ) qui occupaient tout l’Atlas blidéen […] Divers arabisants ont cherché et indiqué de nombreuses autres étymologies possibles […]. » [1].

Sans pour autant nier ce témoignage historique, l’explication qui voudrait que le toponyme “Chréa” soit issu du mot arabe “šraɛ” (la loi, chraɛ) semble inexacte.

Trumelet Corneille avance que “šraɛ” (chraɛ) est une « Petite construction polygonale, élevée habituellement d’un mètre au-dessus du sol, et dans laquelle on a laissé UN PASSAGE pour y pénétrer. La cherâa (i.e. šraɛ), qui est souvent un mekam (i.e., maqam), sert surtout à la prière individuelle. Cherâa signifie proprement toit, terrasse, ou, encore, AUGE, ABREUVOIR, etc. » [2].

Cette dernière explication notamment les parties « […] un passage pour y pénétrer, […] auge, abreuvoir […] » est intéressante si l’on s’en tient à la réalité du terrain car la transposition de sens est bien attesté en toponymie. De plus, la région atlassienne compte plusieurs localités nommées “Šriɛa” avec une variante au pluriel “Šrayeɛ”. Ainsi, nous retrouvons : Šriɛa et Šriɛeṯ chez les Ayṯ Ṣaleḥ, Šriɛa ou Šriɛa Tifrawin chez les Ayṯ Uɣellay, Šriɛa et Šriɛeṯ chez les Ayṯ Miṣra, Šriɛa chez les Ayṯ Xlil, Šriɛa chez les Wezzra, Šriɛa et Šrayeɛ chez les Ayṯ Xlifa, Šriɛa en quatre endroits chez les Ayṯ Musa deux chez les Ayṯ Tašfin, une chez les Ayṯ Ɛrif et une autre chez les Ayṯ Mḥammed. Nous retrouvons également Šriɛa en pays kabyle, chaoui et sûrement en plusieurs localités de Tamazgha.

Sur le terrain, nous remarquons que les localités nommées “Šriɛa, Šriɛeṯ, Šrayeɛ” sont, en réalité, des passages et plus précisément de larges cols de montagne plus importants que “asaka” et “tizi”. D’ailleurs la daridja algérienne est là pour nous rappeler que nous utilisons toujours les expressions comme “šarraɛ !” (charraɛ, ouvre grandement !) ou encore “mšarraɛ” (mcharraɛ, ouvert grandement).

Enfin, nous faisons remarquer que sur les cartes topographiques de la région atlassienne, la principale Šriɛa des Ayṯ Ṣaleḥ est notée ainsi “Col de Chréa”. Cette forme n’est rien d’autre qu’un pléonasme (répétition d’un mot ayant le même sens). C’est comme si nous disions “Le Col du Col”. Le vocable “Šriɛa” seul est suffisant pour désigner ce large col de montagne célèbre qui permet, en fait, de franchir la crête d’Aḏrar Gerrumen pour redescendre en direction d’Iɣzer Gergur.

---

1. “Origine des communes – Étymologie du nom de Chréa”, n°9008, p. 159, 30.11.1926, Blida.

2. TRUMELET Corneille, “Blida – Récits selon la légende, la tradition et l’histoire”, t. II, Alger, 1887.

---

Lien : http://atlas.blida.over-blog.com/le-toponyme-chrea

---

#AtlasBlidéen #PetitAtlas #TachelhitAtlasBlidéen #Tamazight #PatrimoinePetitAtlas #Mitidja #Blida #Médéa #Boumerdès #Bouira #AïnDefla #Tipaza #Alger

من منا في الأطلس الصغير من لم يسمع بالاسم الشّْرِيعَة وخاصة أنه اسم منتشر تقريبا في كل تمزغا وليس فقط في الأطلس الصغير ، هذا ما يدفعنا للبحث عن معنى هذا الاسم ومدلوله الجغرافي وما خاصية المكان الذي يحمل ذلك الاسم .
في الأطلس الصغير المكان الذي يحمل اسم الشّْرِيعَة الأكثر شهرة هو شريعة إث صالح أي بلدية الشريعة ولاية البليدة أو كما ينطقها الناطقون بالأمازيغية عندهم شْرِيعَثْ ، بارتفاع 1492م عن سطح البحر اكتسبت شهرتها في وقت الاستدمار الفرنسي وذلك بعد إنشاء محطة الراحة والتي مازالت لحد الآن من أجمل أماكن التزلج في الجزائر .
لكن في الأطلس الصغير الأماكن التي تحمل هذا الاسم عديدة وجد منتشرة أما بصيغة مفردة (شْرِيعَة ، شْرِيعَثْ) أو بصيغة الجمع (شْرَايَعْ) .
على غرار شْرِيعَثْ وَ شْرِيعَة عند إث صالح نجد شْرِيعَة أو شْرِيعَة تِيفْرَاوِينْ عند آث أوغلّاي ، شْرِيعَة و شْرِيعَثْ عند آث ميصرى ، شْرِيعَة عند آث خليل ، شْرِيعَة عند وزّرة ، شْرِيعَة و شْرَايَعْ (آث بوبكر ، بوحمامة) عند آث خليفة ، وشْرِيعَة في أربع مناطق عند آث موسى (اثنين عند آث تاشفين ، واحدة عند آث عطيّة ، وواحدة عند آث امحمد) .
لما بدأنا البحث في معنى الاسم وجدنا أن المعنى الأكثر انتشار بين الناس وهو الذي تناولته مراسلة بين رئيس بلدية البليدة والإدارة المركزية في الجزائر العاصمة في الثلاثين جانفي من عام ألف وتسعمائة وستة وعشرين والذي يقول فيه تفسيرا لهذا الاسم أنه أخذ من كلمة شرع من العربية أي المكان الذي كان يقصده القضاة لحكم بين الناس عند إث صالح بمعنى المكان التي تطبق فيه الشريعة .
وهذا التفسير والربط بين شْرِيعَة وكلمة الشرع أو الشريعة يبدو غير صحيح خاصة أن "تروملي كورنيي" قبل ذلك قال أن الشريعة هي بناية متعددة الأضلع بارتفاع المتر التي يترك داخلها ممر للدخول ، شْرِيعَة هي غالبا مقام للصلاة غالبا الفردية ، وأن الشريعة هي تعني السطح أو الشرفة أو الحوض .
ولما نتمعن المعنى وببعض المعرفة الجغرافية للمناطق التي يطلق عليها هذا الاسم نستنتج أنها تنقل معنى الممر ، المسلك أو المعبر الجبلي ولكن يختلف جغرافيا عن الممرات التي يطلق عليها اسم تِيزِي و أَسَاكَا ، وذلك بأنه الأكبر بين كل الممرات والأكثرهم اتساعا وحتى الآن مازلنا نستعمل هذا المصطلح في الدارجة ، شَرَّعْ أي افتحه كليا و مْشَرَّعْ دلالة على أن الشيء واسع وفسيح .

commentaires

Haut de page